2011年1月25日

Le plus gros pollueur d'Europe passe à la biomasse

Les installations dédiées à la biomasse dans la centrale électrique de Drax, en Angleterre.
Les installations dédiées à la biomasse dans la centrale électrique de Drax, en Angleterre. Drax Group

REPORTAGE - La centrale à charbon de Drax, en Angleterre, se convertit à l'électricité verte…


On les voit de très loin, plantées au beau milieu du paysage champêtre du Yorkshire: les cheminées de la centrale à charbon de Drax, dans le Nord Est de l’Angleterre, sont responsables de l’émission de plus de 20 millions de tonnes de CO2 par an.  Erigée à la fin des années 1970,  la plus grande centrale du Royaume-Uni continue à produire à elle-seule 7% de l’électricité britannique. Mais le charbon n’a plus la cote: le gouvernement britannique a fixé pour objectif  de produire 15% de l’électricité du pays grâce aux énergies renouvelables en 2020. Drax a donc choisi de changer de stratégie et se convertit peu à peu à la biomasse, en mélangeant charbon et résidus naturels pour produire une électricité moins polluante.

12.5% d’émissions de CO2 en moins

«Si nous voulons avoir un avenir, nous devons prêter attention à l’environnement», est convaincu Steve Drayton, responsable du traitement des matériaux à la centrale de Drax. Mais après des décennies de charbon, difficile de changer radicalement de mode de production. La centrale a donc décidé d’introduire progressivement la biomasse grâce à la co-combustion: « Cela permet de conserver la structure actuelle et d’augmenter progressivement la quantité de biomasse mélangée au charbon», explique Steve Drayton.
Rondins de bois, copeaux, granulés ou miscanthus, la biomasse représente aujourd’hui près de 15% de l’électricité générée à Drax.  La centrale a ainsi pu économiser 2.5 millions de tonnes de CO2 par an, soit environ 12.5% de ses émissions. C’est bon pour la planète mais aussi pour le porte-monnaie de l’entreprise, qui dépasse systématiquement les crédits carbone qui lui sont alloués par l’Union européenne. «On nous alloue 50% de nos besoins, nous devons donc acheter l’autre moitié si on veut continuer le «business as usual», témoigne un cadre de l’entreprise. Maintenant, nous aurons 12% de crédits en moins à acheter». A environ 12 euros la tonne de CO2, Drax va ainsi économiser 30 millions d’euros par an.

L’origine de la biomasse importée reste dans l’ombre

Des économies qui seront nécessaires pour compenser les coûts de mise en place de l’approvisionnement en biomasse: un mécanisme de stockage perfectionné a été installé sur le site par le groupe Alstom, pour un montant de 100 millions de livres sterlings (environ 120 millions d’euros). Un système de tri des résidus naturels permet d’écarter les morceaux trop gros, les pièces de métal qui seraient mélangées ou tout autre composant dangereux. Les silos doivent également garantir que la biomasse reste sèche et réduire les risques de combustion spontanée.
 L’achat de la biomasse représente également un coût non négligeable: l’approvisionnement coûte environ trois fois plus cher que le charbon et a une efficacité énergétique inférieure d’environ 25%. Si la centrale essaye de s’approvisionner au maximum dans un rayon de 50 miles (80 kilomètres) et de développer des filières locales de résidus de bois ou d’agriculture, la volonté de ne pas entrer en compétition avec la production alimentaire les oblige à importer une grande partie de leur biomasse. Seul point d’ombre dans le processus, Drax ne veut pas communiquer sur l’origine et la composition exacte de la biomasse importée, le marché étant «très compétitif». La centrale assure toutefois que ses fournisseurs travaillent à partir de sources «durables» de biomasse.

see more Montre

没有评论:

发表评论

Rolex Daytona Montres

tag heuer montres

panerai montres